logo

Statut des joueurs
et des clubs.

Même rubrique :
Terrain et accessoires.
Evolution des règles et du jeu
Sélectionneurs et tactiques de jeu.

A Voir :

FlecheOrigines du Football


FlecheRetour accueil Archéofoot

Bonton archeofoot Bonton coupe
Bonton decodfoot bonton coupe2
bonton cmprendre bonton championnats
bonton loisjeu bouton jeu
Foot feminin Les auteurs
PlanSite      


Arrêt Bosman
Lilia Malaja
Club de supporters
Contrat
Corruption
Étrangers
Financement
Professionnalisme
Publicité
Statuts des clubs
Télévision

Arrêt Bosman :


1989
Jean Marc Bosman décide de quitter le club du FC Liège pour Dunkerque. Bosman a rejoint Dunkerque, le club du FC Liège demande au club de Dunkerque le montant du transfert, lui précisant "Bosman ne sera libre qu'au paiement du transfert. Dunkerque annule le contrat/ Bosman va ester en justice, jugeant que son transfert ou plus exactement le système de son transfert est illégal (bien qu'il soit légal en référence aux lois de l'UEFA). Il y a pour Bosman atteinte à la liberté de circulation des travailleurs.

1995
Le 15 décembre
Publication de l'arrêt Bosman (cour de justice des communautés européennes.) Plus d'indemnités de transfert pour un joueur en fin de contrat qui quitte un club européen pour un autre.
De plus, les quotas "d'étrangers" sont illégaux en CEE (Communauté Économique Européenne.).
Néanmoins une question se pose : l'harmonisation des règles au sein de L'UEFA. Celle-ci gère 49 associations membres mais 18 seulement appartiennent à la Communauté Européenne.

FlecheRetour Haut


Lilia Malaja :


Février 2003 - "L'affaire Malaja" Basketteuse - RC Strasbourg<
L'Europe s'élargit à 24 pays ouvrant ses portes à l'est.
Lilia Malaja intéresse les avocats français, Maître Serge et Pautot. Ces derniers attaquent le RC Strasbourg qui interdit à la joueuse polonaise de jouer au sein de l'équipe alsacienne avec pour le motif "les joueuses étrangères sont limitées à deux dans les équipes françaises ". Or les avocats de la basketteuse mettent en avant un accord de coopération signé entre la CEE et la Pologne datant du 16 décembre 1991. Accord qui s'élargit à 23 pays, avec un axe Europe de l'Est et ex-bloc soviétique, nations prétendantes à l'intégration à l'Union Européenne. Ces accords d'association intègrent également trois pays du Maghreb: la Tunisie, le Maroc et l'Algérie.
Retour Haut

Fleche
Club de supporters :


1929
Création des premiers clubs de supporters.
En 1929, l'Union Sportive de Tourcoing compte 6 clubs de supporters. Ces clubs proviennent des quartiers ou entreprises. Bientôt les clubs de supporters fleurissent dans toute la France. Déjà à cette période les clubs jouent, outre leur rôle de 12ème homme, un rôle de pression sur les instances du club.

flecheRetour Haut



Contrat du joueur :

Joueur professionnel ou semi professionnel et le Club.


1932
Début du professionnalisme en France.
Le joueur signait un contrat qui le liait au club jusque l'âge de 35 ans. Il était la propriété du club celui-ci pouvant le céder à un autre club, il percevait à ce titre de transfert une somme qui lui revenait en quasi-intégralité. Le joueur ne recevait de son côté que de 5 à 10% de la somme du transfert.
Ce contrat est soumis pour homologation au Groupement des clubs professionnels après signature des parties. (Joueur et club).
On voit ici que ce contrat avantage les clubs et que le joueur ne peut que se sentir lésé par un tel contrat Léonin.

1969 1 juillet.
Fin du contrat à vie.
Apparition en fin d'année du contrat à durée limitée et variable.
Joueur de moins de 24 ans Engagement de celui ci pour : 4 ans.
Joueur de plus 24 et moins de 27 ans Engagement de celui ci pour : 3 ans.
Joueur de plus 27 Engagement de celui ci pour : 1 ans.
Ce système est mis en place à titre provisoire.

1973
Chartes du Football Professionnel.
Jeune joueur 1er contrat pro Engagement de celui ci pour : 4 ans.
Les suivants, il y aura accord des parties. Les parties s'engagent pour le temps quelles ont convenu ensemble.
Rupture de contrat par le joueur : le nouveau club de celui ci devra verser au club quitté une indemnité de rupture de contrat ou de transfert.
Le calcul de cette indemnité répond à trois paramètres : l'Age/Salaire/Temps du contrat restant à courir.

FlecheRetour Haut



Corruption :


Les corruptions ou tentatives de corruption existent malheureusement dans notre football. Devant le nombre, je ne citerai que la première et la dernière.

1932/1933
Création de la D1 et début du championnat de France professionnel.
1er du groupe B, l'Olympique Antibes est déclassé pour tentative de corruption sur une équipe adverse (SC Fives). L'entraîneur Antibois est radié à vie pour le même motif.
1er championnat pro, 1ière bavure.

1993
Affaire Olympique de Marseille et Union Sportive Valenciennes Anzin.

20 Mai : début de l'affaire OM-VA.
Jacques Glassmann révèle la tentative de corruption de dirigeants de Marseille.

17 juin : Tentative de subornation de témoins de Bernard Tapie (président de l'OM) sur l'entraîneur de VA Boro Primorac.

12 juillet : Eydelie (joueur marseillais) confirme qu'il a bien proposé de l'argent à trois joueurs de valenciennes, et ce sur ordre de Bernes dirigeant de l'OM.

En 1994 :
la FFF condamne l'OM à la descente en D2 - Robert (VA), Eydelie (OM), Burruchaga (VA), sont suspendus. Bernard Tapie est privé de sa licence de dirigeant.



Étrangers :


1897
Création de la coupe Manier (du nom du Président du Red Star Olympique). Le règlement de cette coupe exige que les équipes qui s'y engagent ne comptent pas plus de 3 étrangers. Rappelons qu'à cette époque, la moitié des pratiquants du Football Association sont d'origine étrangère dont une majorité d'anglais.
En réaction apparaît la coupe Dewar qui elle accepte tous les clubs sans restriction de xénophobie.

1931 Le 13 juin.
La toute jeune commission du football professionnelle de la FFFA vote le statut du joueur et par la même occasion limite le nombre de joueurs étrangers à 3 par équipe.
En cette année, les naturalisations vont bon train.

1955
Janvier.
L'équipe de France n'a que de mauvais résultats, Paul Nicolas veut créer une meilleure élite française. Il travaille sur un projet qui interdirait aux clubs d'engager de NOUVEAUX joueurs étrangers.
Le 30 avril, le projet est adopté.

1960
Il ne reste que 16 joueurs étrangers et les joueurs étrangers manquent au spectacle du football. La mesure devra être annulée, on revient en arrière.
S'en suit une vague de joueurs yougoslaves.

1995
Le 15 décembre. Arrêt BOSMAN.
Voir ce terme - Même page
Arrêt de la cour de justice des Communautés Européennes (CE) en faveur de Jean Marc BOSMAN. Celui ci s'opposait à l'UEFA. La conséquence est la libre circulation des joueurs étrangers à l'intérieur de la CE.



Retour Haut


Fleche
Financement :


1920
Les municipalités entrent dans le milieu du football. Les méthodes d'incursion varient : subventions ou équipements. Est-ce le football qui les intéresse ou les retombées médiatiques de celui-ci ? Le Football moyen de promotion pour la ville ou pour la mairie ?
Les clubs sont gérer de façon rudimentaire. Le football puis l'aspect financier. 1932
Les dépenses sont en hausse, les joueurs sont devenus professionnels (1931) et les déplacements sont plus coûteux en cette saison (début du championnat de France professionnel). Les recettes vont-elles suivre ? Les budgets vont-ils s'équilibrer ?
Il est devenu nécessaire de gérer les clubs. Pour équilibrer les budgets on compresse les salaires des joueurs.
Si les grandes villes arrivent avec plus ou moins de réussite à tirer leur épingle du jeu, il en va autrement pour les moyennes et petites villes. La fédération doit sauver les clubs "pro" et trouver un système. Les recettes par les entrées sont inégales suivant les clubs et varient du simple ou triple. Les entrées sont le moyen de recette déterminant du budget d'un club.

1945
La Fédération adopte le partage des recettes. Le club visiteur reçoit 40% de la recette NETTE. De la recette totale, il convient de déduire : la taxe sur les spectacles de 7%, de la taxe locale également de 7%, le versement à la ligue de 11 % et enfin les frais d'organisation du club recevant. En fin de parcours, le club visiteur perçoit environ 40% de la moitié des recettes.
Cette pratique durera jusque 1962. 1950
Les entrées représentent 90% du total des recettes.

1965
La télévision apporte de nouvelles recettes. La fédération et le groupement traitent directement avec la télévision et ignorent les clubs. Les indemnités sont très basses mais bientôt la flambée.

1967
Une crise dans le football entraîne la chute de nombreux clubs professionnels.

1968
La crise est à son apogée.
Il faut une gestion moderne des clubs "pro". Cette gestion est mise ne place par Jean SADOUL et Fernand SASTRE.
Nouvelle source de revenu pour les clubs : la "Pub" sur les maillots.
Le cocktail Publicité sur maillot et télévision entraînent une inflation sur les contrats publicitaires.

1970
Le Président de club venant de l'industrie ou du commerce régional est remplacé par des hommes venus de divers secteurs de l'industrie française.
Bien souvent, ils apportent leur équipe de gestionnaires avec eux. La méthode de gestion évolue. Il faut une gestion à la hauteur des sommes mouvementées par le club.

1980
L'aire de la déraison.
Il y a inflation sur les recettes publicitaires et droits de télévision. Il en va de même sur les dépenses de salaires et de transferts.
On spécule sur les recettes futures. Les gestionnaires sont dépassés devant les impératifs des compétitions.
LivreVoir Pour comprendre DNCG. 1983
8 clubs sont en règlement judiciaire.
Il faut que le football français vive suivant ses moyens, que les budgets des clubs s'équilibrent. Mais il faut surtout une surveillance de la gestion des clubs par un organisme ayant pouvoir de sanction et surtout que le contrôle soit permanent et efficace pour éviter l'endettement des clubs.
Un organisme est chargé de ce contrôle : La Direction Nationale du Contrôle de Gestion.


flecheRetour Haut



Professionnalisme :


1885
La grande Bretagne reconnaît le professionnalisme.

France.


1923 Le 23 octobre
Reconnaissance du droit à indemnités pour frais. Par frais, il faut entendre, voyages, hébergements, soins et même le manque à gagner.

1926
Jules Rimet au congrès de la FIFA à Rome autorise le remboursement du manque à gagner occasionné par le déplacement des joueurs. (Le remboursement des salaires non perçus).
C'est le premier pas vers le professionnalisme.

1926 11 Décembre
Le conseil de la FFFA introduit la notion de profit. Ce n'est plus la notion de manque à gagner, mais le profit que l'on peut retirer de la pratique du football.
Le professionnalisme est en route.

1927 Avril.
Le conseil de la FFFA décide de s'aligner sur la FIFA. Il y aura désormais 2 catégories de joueurs : les amateurs olympiques qui ne pourront tirer profit de la pratique du football et les non olympiques qui eux seront autorisés à tirer profit de la pratique du football.

1931 Le 17 janvier.
Le conseil vote le principe du joueur professionnel mais la notion de rémunération est rejetée.

1931 Le 13 juin.
Naissance du statut du joueur professionnel. Il est crée par la commission du football professionnel qui y travaille depuis janvier 1931.

1932 16 Janvier
Le professionnalisme est reconnu en France.
La saison 1932/1933 verra naître le 1er championnat de France professionnel. Celui-ci sera remporté par l'olympique Lillois.

1932 16 janvier.
Le conseil national de la FFFA vote le projet pour le football professionnel en France. Le salaire des joueurs est fixé à 2000 francs dans le premier contrat professionnel.
Le projet comprenait : le statut du club, groupement spécial des clubs professionnel, l'épreuve spéciale (championnat de D1), et les transferts.

1933
Il y a 35 clubs professionnels en France.

1939
1939/1945
Période de la seconde guerre mondiale.
Malgré l'occupation et les difficultés engendrées par celle-ci, on continue à jouer au football. En 1939/40 : le championnat compte 3 groupes. En 1940/41 : 2 groupes seulement.

En 1943/1944
Le professionnalisme est supprimé par le gouvernement de Vichy et le championnat remplacé par une nouvelle compétition composée d'équipes fédérales.

1943
Le colonel PASCOT (Commissaire Général) veut assainir le football français en rendant aux clubs une activité amateur et en donnant à la fonction de joueur rétribué la dignité et la sécurité.
Cette décision marque la fin toute provisoire du professionnalisme.
Le footballeur devient fonctionnaire d'état. Il sera versé dans l'une des 16 équipes fédérales.

1948 Le 5 mai.
Les joueurs de LOSC (Lille Olympique Sporting Club) font peser une menace de boycott sur la finale de la coupe de France pour le motif " les primes de match ne sont pas assez importantes". Elles passeront de 75 à 100 000 francs.
Le joueur professionnel crée une première par cette menace.

1958
Le groupement évoque une réforme du statut du joueur.

1961
Aidé par Maître Bertrand, un groupe de joueurs fonde un syndicat : L'UNFP (Union Nationale des Footballeurs Professionnel.).

livreVoir pour comprendre : UNFP.

1967
Les règles du droit social français ne sont pas appliquées dans le statut du joueur professionnel. Jean Sadoul, du groupement du football professionnel, reconnaît les faits mais aucune modification n'est apportée.

1969
Le contrat à vie est mort. (Voir contrat professionnel.).
Avant : Le joueur était lié au club jusque l'âge de 35 ans.
Après : à la fin de l'année apparaît le contrat dont la durée est limitée et variable suivant l'âge lors de la signature du contrat. (Contrat à temps).

1969 Le 1 juillet.
Naissance des premiers contrats à temps.

1969 Le 3 décembre.
Grève dans le championnat, certains membres du groupement veulent revenir sur le contrat à temps.

1971
Les présidents du groupement se manifestent contre le contrat à temps comme ils l'ont déjà fait la saison précédente. Ils digèrent mal ce contrat à temps.

1971 Le 28 novembre.
Un congrès des joueurs se réunit à Versailles. Ils décident qu'une grève générale sera déclenchée si un joueur était sanctionné.
La sanction : suspension des joueurs ne se pliant pas aux volontés du groupement.

1971 Le 3 décembre.
L'UNFP présidée par Philippe PIAT organise sa 1ère grève sur le thème du contrat à temps.
Les négociations seront dirigées par un haut fonctionnaire Philippe SEGUIN.
Suite à cette grève, le contrat à temps ne plus remis en cause.

1973
La charte du football professionnelle est publiée. Nouveau type de contrat.

Voir Contrat. Même page.

FlecheRetour Haut




Publicité :


1918/1919
La publicité fait son arrivée dans les stades dès la fin de la 1ère guerre mondiale. Il y aura d'abord eu les panneaux d'affichages qui se situent autour ou dans les stades. Puis autour du terrain.
Bientôt les "annonceurs" locaux feront leur publicité par voie de sonorisation. 1961/1962
Dans les comptes du FC Rouen : recettes publicitaires 1 738 francs pour un montant total des recettes de 483 677 francs.

1968
Le Groupement autorise la publicité sur les maillots.
Association Sportive de St Etienne et l'Olympique de Marseille sont parmi les premiers.
AS St Etienne : Vichy St Yorre et O. Marseille : Perrier.
Il faudra néanmoins attendre 3 années pour que l'ensemble des maillots porte une publicité.
La médiatisation du football par la presse et la télévision est la raison de la l'apparition de la "Pub". Si elle est acceptée par les clubs, c'est que ceux-ci ont un énorme besoin d'argent.

1996
La Juventus de Turin, sur un budget de 384 000 000 francs en recettes, 93 330 000 francs viennent du sponsoring et droit de télévision. Rien de comparable avec les années 60.

2002 Le 19 Janvier
A l'occasion des 16ième de finale de la coupe de France, la publicité apparaît sur la manche du maillot de l'arbitre.

FlecheRetour Haut



Statuts des clubs:


1997
Les clubs professionnels peuvent opter entre 3 statuts :
Association type loi de 1901 à statuts renforcés ou adaptés.
Société Anonyme d'Économie Mixte Sportive.
Société Anonyme à Objet Sportif.

Une évolution vers les Sociétés Anonymes avec cotation (déjà adoptées en Angleterre) pour certains clubs est à prévoir dans des temps rapprochés.
La FFF et la LNF assurent le contrôle de la gestion financière des clubs professionnels. Elles disposent pour ce faire de la Direction Nationale du Contrôle de Gestion.
livre Voir Pour comprendreDNCG.

flecheRetour Haut



Télévision :


1936 Le 15 novembre.
1er match retransmis par la télévision - Allemagne - Italie.

1950
Dans les années 50, la télévision va petit à petit retransmettre des rencontres de football.

1952 Le 4 mai.
1er direct à Colombes.
La finale de la coupe de France est retransmise.
Le 5 octobre.
C'est le tour de l'équipe de France face à la RFA.

1954
Coupe du monde en Suisse.
Naissance de l'Eurovision. Signent un accord d'échange, la Suisse, la France, la RFA, l'Italie et le Danemark, les Pays Bas et la Grande Bretagne.

1955
Le groupement s'oppose à la retransmission des matches. Motif : la télévision vide les stades.
Le 4 décembre.
Interdiction des diffusions de matches et la RTF est interdite de stade. En réponse la RTF ne donnera plus les résultats des matches de football.

1961
Le football est en crise. La fédération se rend à l'évidence la télévision est un phénomène qu'on ne peut ignorer.
Le 4 février.
Un protocole est signé dans le secret. La télévision et la fédération s'entendent sur la diffusion des matches.

1964
La RTF devient l'ORTF.
Le rugby est en hausse et il le doit à la télévision. C'est au détriment du football. Devant cet état de faits, la fédération accepte que certains matches de championnat et soient retransmis dans leur intégralité.
Il n'est plus question des grands événements mais de matches de championnat.

1972 Le 16 septembre.
Naissance du "magazine du football" qui est diffusé le vendredi soir. Cette émission s'appellera "Téléfoot 1" puis "Téléfoot".
Si cette initiative est à l'origine une idée de la fédération, ce rendez-vous maintenant incontournable est demandé par les chaînes - TF1 paie en 1995 56 millions pour conserver ce droit.
Pour mémoire, les 15 premières émissions avaient coûté 250 000 francs.

1985
Canal + change la donne. Les enchères sont ouvertes pour la retransmission du football. Le prix des retransmissions s'envolent.
Canal + pour pouvoir retransmettre le 1/4 de finale de la coupe d'Europe paie 1.25 millions de francs soit le double du prix.

A partir de maintenant, c'est la guerre entre les chaînes publiques et privées pour s'assurer une exclusivité footbalistique.

flecheRetour Haut